Publications sur le fil Facebook

  • Repasseuses, Edgar Degas, musée d’Orsay.

    Degas Repasseuses

    Repasseuses, ca 1884-86, huile sur toile, 76 x 81,5 cm, Edgar Degas, musée d’Orsay.

    La période 1850-1940 n’a pas seulement été une parenthèse exceptionnelle pour la peinture en France, elle l’a aussi été pour les critiques et historiens de l’art. Gustave Geffroy, fondateur de l’académie Goncourt, est l’un de ces merveilleux critiques. Dans La vie artistique, en 1894, il commente ainsi notre tableau du jour, dix ans à peine après sa réalisation. Serait-il encore possible en 2017 d’être aussi impliqué dans la création contemporaine ?

    « Ce n’est pas sur une table à modèles que l’humanité défile. Il faut aller la chercher là où elle est. Degas l’a fait. Il s’est d’abord épris de ce qu’il entrevoyait tout au long de son chemin, des arrangements de personnages groupés dans l’espace étroit des boutiques. Il s’intéressa au labeur jovial des blanchisseuses, qui séjournent, vêtues de blanc, molles et apoplectisées, dans les salles surchauffées par le poêle. Elles absorbent de forts ragoûts arrosés de litres de vins. Elles suivent un régime qui doit fatalement dilater leur estomac et enfler leurs chairs. Tout le monde les a vues ainsi, à travers les carreaux de leurs magasins tout blancs et tout bleus de linge, installées comme des matrones au milieu de leurs ouvrières, débonnaires et flasques, sirotant leur café et surveillant la jeunesse. C’est de cette façon que Degas les a surprises et dessinées, dans une chaleur d’étuve, haletantes sous la camisole, présidant au régulier nettoyage du linge sale de l’humanité. »

    Acheté par le comte Isaac de Camondo, ce tableau a ensuite fait partie de son exceptionnelle donation au musée du Louvre en 1911. Ce n’est pas l’État, mais d’abord Camondo et les autres généreux donateurs qui ont permis que les collections d’Orsay soient maintenant aussi riches. Caillebotte a initié le mouvement en 1894, qui s’est poursuivi jusqu’à la donation de Spencer et Marlene Hays en 2016,.

    Pour en savoir plus sur Degas, vous apprécierez la monographie importante que lui a consacrée Paul Jamot. À découvrir en cliquant sur la couverture ci-dessous !

    Couverture Degas 150

    Pour mieux connaître le musée d’Orsay, nous vous conseillons le livre La Peinture au musée d’Orsay, avec ses 360 reproductions de tableaux, et toutes les anecdotes qui les accompagnent. À découvrir en cliquant sur la couverture ci-dessous !

    Photo Courtesy The Athenaeum, rocsdad

  • Triple portrait d’Yvonne Lerolle, 1897 – Maurice Denis

    Maurice Denis Triple portrait d'Yvonne Lerolle

    Triple portrait d’Yvonne Lerolle, 1897, huile sur toile, 170 x 110 cm, Maurice Denis, musée d’Orsay

    Il est certains noms rencontrés au hasard des musées alors que le nom du modèle n’évoque rien. Mais Les artistes, collectionneurs et marchands au XIXe siècle ont formé une famille aux ramifications complexes. Ainsi Yvonne Lerolle (1877-1944) est la fille d’Henry Lerolle, un peintre ami de Renoir. Donc Yvonne se fait d’abord faire le portrait par Pierre-Auguste (portrait que l’artiste gardera jusqu’à sa mort en 1919). Grâce à Degas, Yvonne épouse ensuite Eugène Rouart. Eugène et Yvonne deviendront les modèles pris par André Gide pour sa trilogie L’École des femmes, Robert et Geneviève. André Gide, à la fois homosexuel et mari de Madeleine depuis 1895, aura plus tard une fille, d’Élisabeth, la fille de Théo van Rysselberghe.

    Quant à Christine Lerolle (1879-1941), la petite sœur d’Yvonne, elle a aussi épousé un Rouart, Louis. Le troisième frère, Ernest Rouart, a épousé Julie Manet, la fille d’Eugène Manet et de Berthe Morisot, donc la nièce d’Édouard Manet.

    Non, il ne s’agit pas de name dropping, mais en quelques lignes avec simplement trois frères et leurs épouses, dont deux sœurs, nous avons croisé Renoir, Degas, Manet, Morisot, van Rysselberghe, et côté littérature Gide et le cousin par alliance de Julie Manet, un certain Paul Valéry. Côté musique, Ernest Chausson est l’oncle des deux sœurs Lerolle et Claude Debussy un ami proche. Les dîners de famille et d’amis devaient être assez animés.

    Maurice et Marthe Denis, seulement de huit ans plus âgés qu’Yvonne étaient aussi proches de la famille. Maurice Denis est rentré dans le cercle des Lerolle-Rouart par l’oncle Ernest Chausson, son premier client, devenu son ami. Les deux familles passeront ensemble un mois à Fiesole près de Florence à la fin de 1897.

    Ce magnifique tableau symboliste est donc d’abord un témoignage de leurs liens. Et si Maurice a peint la jeune Yvonne, c’est sa femme Marthe qui a peint le cadre du tableau.

    Trois fois la même personne, comme trois aspects de sa personnalité, c’est aussi un clin d’œil aux Poseuses de Seurat (fondation Barnes, études à Orsay), qui avait peint dans sa toile trois fois le même modèle. Le procédé est très ancien, il a été utilisé par exemple par Philippe de Champaigne pour Le Cardinal de Richelieu (National Gallery, Londres).

    Ce portrait d’Yvonne Lerolle est entré à Orsay en 2010. Dominique Bona a écrit en 2012 un livre consacré aux sœurs Lerolle. Deux sœurs, Yvonne et Christine Rouart, les muses de l’impressionnisme (Grasset).

    Retrouvez ce tableau de Maurice Denis et 700 autres (dont 360 illustrés) dans le livre La peinture au musée d’Orsay, paru chez VisiMuZ.

    La peinture au musée d'Orsay – livre numérique Beaux-Arts

    Photo wikimedia commons Denis_yvonne_lerolle licence CC-Pd-Mark Usr Pimbrils

  • Le Hameau de Lourmarin, Paul Guigou

    Le Hameau de Lourmarin, 1868, Paul Guigou, huile sur toile, 25,5 x 41 cm, collection particulière

    Attention, peinture addictive ! Paul Guigou (1834-1871) n’a pas eu le temps de connaître la célébrité de son vivant. Il est mort en 1871 (quelques mois après Bazille, mais d’une congestion cérébrale et pas à la guerre). Il a eu le temps de fréquenter les Manet, Sisley, Monet, Bazille au café Guerbois à Paris et puis il tomba complètement dans l’oubli après sa mort. Les Duranty, Geffroy, Duret, Mauclair, Mantz, Zola dont les articles encensaient ou anéantissaient les peintres, ont zappé Guigou après sa mort . Mais depuis 30 ans quelle revanche ! La lumière de Guigou, son dessin resté classique mais sans sècheresse, rencontrent un succès grandissant, d’abord et surtout outre-atlantique.

    S’il a peint Marseille ou l’Estaque, Guigou est d’abord le peintre de la Durance et du Lubéron, des rivières à sec l’été, des lavandières, des champs et des rochers. Ici il nous montre une vue bucolique et délicate de Lourmarin, avant Albert Camus (qui y est enterré), avant les hordes d’estivants.

    Mais quand on parle de la découverte de la lumière et de la peinture claire par les impressionnistes après 1870, il ne faut pas oublier que quelques-uns en Provence ou ailleurs avaient déjà un peu avant capté la lumière, et l’air qui passe entre les fleurs des champs.

    Découvrez Guigou dans le livre publié chez VisimuZ, avec plus de 100 tableaux !

    Photo Lourmarin : Courtesy The Athenaeum, rocsdad

  • Paul Gauguin dans la collection Chtchoukine

    La Femme aux mangues, Gauguin, musée Pouchkine

    Te Arii Vahine (La Femme aux mangues), 1896, huile sur toile, 97 x 130 cm, Paul Gauguin, Musée Pouchkine, Moscou.

    Après son premier séjour entre 1891 et 1893, Gauguin est de retour à Tahiti le 9 septembre 95. En avril 1896, il écrit à son ami Daniel de Monfreid (le père d’Henri). «  Je viens de faire une toile de 130 sur un mètre que je crois encore meilleure que tout auparavant : une reine nue couchée sur un tapis vert, une servante cueille des fruits, deux vieillards près du gros arbre discutent sur l’arbre de la science ; fond de rivage …/… Je crois qu’en couleur je n’ai jamais fait une chose d’une aussi grande sonorité. Les arbres sont en fleurs, le chien garde, les colombes à droite roucoulent …… Celle-là fera hurler encore plus. Je suis donc condamné à mourir de bonne volonté pour ne pas mourir de faim. »

    La pose du modèle provient directement d’Olympia (Manet, 1863), de la Vénus d’Urbin (1538, Titien, Florence) dont Manet s’était déjà inspiré, et aussi de La Nymphe à la source de Lucas Cranach (1518, Leipzig) dont on pense que Gauguin avait emporté une photo en partant pour Tahiti.

    Les îles de Gauguin sont idéalisées par le mythe du paradis perdu et pleines de stéréotypes typiques de l’époque coloniale. Mais son modèle aurait été surpris du nombre de références typiquement européennes introduites par l’artiste dans le tableau.

    Sa nouvelle Ève est allongée près de l’arbre de la connaissance, au tronc duquel le serpent s’est noué. Les deux vieillards « mateurs » (peu visibles à droite de l’arbre) sont un rappel de ceux de la Bible avec Suzanne. L’éventail au bout du bras droit décrit une auréole très chrétienne, les mangues évoquent le fruit défendu. Comment expliquer le linge que tient le modèle de la main gauche si on ne se réfère pas à la grande tradition de la peinture occidentale. Enfin la servante au fond est celle du Titien dans la Vénus d’Urbin ou de Manet dans l’Olympia. Simplement au lieu d’offrir des fleurs, elle cueille des fruits.

    La toile a été acheté par Gustave Fayet en 1903, puis revendue au collectionneur russe Chtchoukine en 1908, pour le mur-iconostase Gauguin de sa salle à manger.

    La collection Chtchoukine

    La collection Chtchoukine fut saisie par les Soviets et est maintenant répartie entre Moscou et Saint-Pétersbourg.

    Alors que les musées occidentaux se sont enrichis surtout via des donations, les collections d’art moderne et celles de la fin du XIXe à l’Ermitage (Saint-Pétersbourg) et au musée Pouchkine (Moscou) proviennent pour la plus grande part de deux collections privées, celles de Serge Chtchoukine et d’Ivan Morozov. De 1900 à 1917, ils n’achetèrent que le meilleur. Ils en furent mal récompensés puisque leurs collections furent nationalisées en 1918. Les deux hommes émigrèrent vers le pays dont les artistes leur avaient donné tant de plaisir : la France. Les collections ont été réparties largement au hasard entre les musées Pouchkine de Moscou et l’Ermitage à Saint-Pétersbourg.

    Serge Ivanovitch Chtchoukine (1854-1936) était un industriel moscovite du textile, qui a débuté sa collection en 1894. Entre 1905 et 1911, Chtchoukine perd son frère, deux de ses quatre enfants, et sa femme. Fou de douleur, il se consacre totalement à sa collection. En 1909, il commande à Matisse la Danse et La Musique. Le peintre a séjourné ensuite à Moscou deux semaines en octobre-novembre 1911. De 1909 à 1914, Chtchoukine achète 50 Picasso. La guerre met fin aux possibilités de contact avec la France, il n’y a donc pas de Picasso d’après 1914.

    En 1914, sa collection comprenait 258 tableaux (dont 50 Picasso, 4 Van Gogh, 13 Monet, 3 Renoir, 8 Cézanne, 16 Gauguin, 38 Matisse, 9 Marquet, 16 Derain). Il recevait le dimanche chez lui, et montrait sa collection à des amateurs d’art, des critiques et des artistes. En août 1918, il fuit la Russie, sa fortune convertie en diamants cachés dans la poupée de sa fillette Irina, et après un passage en Allemagne, se réfugie en France. En octobre 1918, Lénine déclare le palais et la collection de Chtchoukine propriétés du peuple. À ce jour, 149 tableaux sont à l’Ermitage et 84 au musée Pouchkine de Moscou, où ils font le délice des visiteurs.

    Notre tableau du jour est à retrouver dans son contexte de l’époque dans la biographie de Gauguin par son ami Charles Morice, à retrouver en cliquant ici.

    24/10/2016

    Photo wikimedia commons : Queene_IMG_6945.JPG Usr Deror Avi

Publications Facebook des 3 derniers mois