Livres numériques Beaux-Arts – La collection VisiLife

Tous les détails de chaque livre et les liens pour les acheter en cliquant sur les icônes.

  • Galerie des Offices - guide numérique beaux-arts

  • François Blondel – Modigliani tome 2

  • Modigliani tome 1 - biographie enrichie - livre numérique Beaux-Arts

  • monet2_couverture01_150

  • monet1-final-150

  • François Blondel, Et… les peintres ont croisé douze dieux

  • Bernard Berenson, Les peintres de l'Italie du Nord

  • Bernard Berenson, Les peintres de l'Italie du Centre

  • Bernard Berenson - Les peintres florentins de la Renaissance

  • Bernard Berenson, Les peintres vénitiens de la Renaissance

  • Paul Bourget, Outre-mer I

  • Guy de Maupassant, La vie errante

  • Maupassant_surl'eau_150

  • Raphaël - biographie enrichie - livre numérique Beaux-Arts

  • Toulouse-Lautrec - biographie enrichie - livre numérique Beaux-Arts

  • Sisley

  • Cézanne

  • Vallotton - biographie enrichie – livre d'art numérique

  • Mary Cassatt – biographie enrichie – livre d'art numérique

  • morisot-150

  • degas-300

  • gauguin-150

  • renoir-150

  • vangogh-final-blanc-150

  • manet-final-150

  • velazquez-150

Paul Gauguin dans la collection Chtchoukine

La Femme aux mangues, Gauguin, musée Pouchkine

Te Arii Vahine (La Femme aux mangues), 1896, huile sur toile, 97 x 130 cm, Paul Gauguin, Musée Pouchkine, Moscou.

Après son premier séjour entre 1891 et 1893, Gauguin est de retour à Tahiti le 9 septembre 95. En avril 1896, il écrit à son ami Daniel de Monfreid (le père d’Henri). «  Je viens de faire une toile de 130 sur un mètre que je crois encore meilleure que tout auparavant : une reine nue couchée sur un tapis vert, une servante cueille des fruits, deux vieillards près du gros arbre discutent sur l’arbre de la science ; fond de rivage …/… Je crois qu’en couleur je n’ai jamais fait une chose d’une aussi grande sonorité. Les arbres sont en fleurs, le chien garde, les colombes à droite roucoulent …… Celle-là fera hurler encore plus. Je suis donc condamné à mourir de bonne volonté pour ne pas mourir de faim. »

La pose du modèle provient directement d’Olympia (Manet, 1863), de la Vénus d’Urbin (1538, Titien, Florence) dont Manet s’était déjà inspiré, et aussi de La Nymphe à la source de Lucas Cranach (1518, Leipzig) dont on pense que Gauguin avait emporté une photo en partant pour Tahiti.

Les îles de Gauguin sont idéalisées par le mythe du paradis perdu et pleines de stéréotypes typiques de l’époque coloniale. Mais son modèle aurait été surpris du nombre de références typiquement européennes introduites par l’artiste dans le tableau.

Sa nouvelle Ève est allongée près de l’arbre de la connaissance, au tronc duquel le serpent s’est noué. Les deux vieillards « mateurs » (peu visibles à droite de l’arbre) sont un rappel de ceux de la Bible avec Suzanne. L’éventail au bout du bras droit décrit une auréole très chrétienne, les mangues évoquent le fruit défendu. Comment expliquer le linge que tient le modèle de la main gauche si on ne se réfère pas à la grande tradition de la peinture occidentale. Enfin la servante au fond est celle du Titien dans la Vénus d’Urbin ou de Manet dans l’Olympia. Simplement au lieu d’offrir des fleurs, elle cueille des fruits.

La toile a été acheté par Gustave Fayet en 1903, puis revendue au collectionneur russe Chtchoukine en 1908, pour le mur-iconostase Gauguin de sa salle à manger.

La collection Chtchoukine

La collection Chtchoukine fut saisie par les Soviets et est maintenant répartie entre Moscou et Saint-Pétersbourg.

Alors que les musées occidentaux se sont enrichis surtout via des donations, les collections d’art moderne et celles de la fin du XIXe à l’Ermitage (Saint-Pétersbourg) et au musée Pouchkine (Moscou) proviennent pour la plus grande part de deux collections privées, celles de Serge Chtchoukine et d’Ivan Morozov. De 1900 à 1917, ils n’achetèrent que le meilleur. Ils en furent mal récompensés puisque leurs collections furent nationalisées en 1918. Les deux hommes émigrèrent vers le pays dont les artistes leur avaient donné tant de plaisir : la France. Les collections ont été réparties largement au hasard entre les musées Pouchkine de Moscou et l’Ermitage à Saint-Pétersbourg.

Serge Ivanovitch Chtchoukine (1854-1936) était un industriel moscovite du textile, qui a débuté sa collection en 1894. Entre 1905 et 1911, Chtchoukine perd son frère, deux de ses quatre enfants, et sa femme. Fou de douleur, il se consacre totalement à sa collection. En 1909, il commande à Matisse la Danse et La Musique. Le peintre a séjourné ensuite à Moscou deux semaines en octobre-novembre 1911. De 1909 à 1914, Chtchoukine achète 50 Picasso. La guerre met fin aux possibilités de contact avec la France, il n’y a donc pas de Picasso d’après 1914.

En 1914, sa collection comprenait 258 tableaux (dont 50 Picasso, 4 Van Gogh, 13 Monet, 3 Renoir, 8 Cézanne, 16 Gauguin, 38 Matisse, 9 Marquet, 16 Derain). Il recevait le dimanche chez lui, et montrait sa collection à des amateurs d’art, des critiques et des artistes. En août 1918, il fuit la Russie, sa fortune convertie en diamants cachés dans la poupée de sa fillette Irina, et après un passage en Allemagne, se réfugie en France. En octobre 1918, Lénine déclare le palais et la collection de Chtchoukine propriétés du peuple. À ce jour, 149 tableaux sont à l’Ermitage et 84 au musée Pouchkine de Moscou, où ils font le délice des visiteurs.

Notre tableau du jour est à retrouver dans son contexte de l’époque dans la biographie de Gauguin par son ami Charles Morice, à retrouver en cliquant ici.

24/10/2016

Photo wikimedia commons : Queene_IMG_6945.JPG Usr Deror Avi