Portrait de femme, Ernst Ludwig Kirchner

Portrait de femme Ernst Ludwig Kirchner

Portrait de femme, 1911, hst, 80,6 x 70,5 cm, Ernst Ludwig Kirchner, Saint-Louis Art Museum, Saint Louis (MO)

En 1905, à Dresde, Ernst-Ludwig Kirchner (1880-1938) a fondé, avec Erich Heckel et Karl Schmidt-Rottluff, le mouvement « Die Brücke » (Le Pont), dans le but de rompre avec l’art académique et de créer un art plus en phase avec la société moderne. Leur manifeste indiquait : « Nous souhaitons établir notre liberté d’action et de vie contre les forces anciennes bien établies » .

Est-il besoin de préciser que c’est justement à cause de cette liberté que le parti nazi a classé Kirchner comme un artiste dégénéré ? En Allemagne nazie, ses toiles sont brûlées dans des autodafés. Kirchner en exil à Davos, mais profondément allemand, dépressif et affaibli, sera ainsi amené à se suicider le 15 juin 1938.

L’expressionnisme représente l’énergie, les pensées, les humeurs, les états d’âme, en particulier grâce à la couleur. Contrairement à l’impressionnisme, ce n’est plus le réel (le paysage, la lumière, etc.) que l’on représente mais l’expression, l’âme de l’artiste mise à nu.

Le mouvement « Die Brücke » a été dissous en 1913 mais en 1911 il était déjà sur la fin. Le tableau du jour a été réalisé alors que Kirchner avait déménagé à Berlin.

En octobre 1911, il rencontre les sœurs Schilling, toutes deux danseuses. Gerda a alors 19 ans, et Erna 28. D’abord attiré par Gerda, Kirchner va ensuite s’établir avec Erna, qui deviendra la compagne de sa vie. C’est Gerda qui pose ici. De nombreuses toiles montrent les deux sœurs qui seront souvent les modèles de l’artiste.

À cause du traitement du visage et de la coiffure, il peut être intéressant de rapprocher cette toile d’un tableau de Matisse, un portrait de Lydia Delectorskaya (1910-1998), sa secrétaire-assistante-muse-modèle-garde-malade entre 1932 et 1954. Ce portrait a été réalisé en 1947, soit 36 ans après celui de Kirchner.

Les œuvres de Matisse n’étant pas dans le domaine public, nous vous présentons ici ce portrait dans la salle du musée (« fair use ») mais vous pouvez le retrouver cadré de plus prêt sur le site du musée de l’Ermitage ICI.

Ermitage Maisse Lydia Delectorskaya

musée de l’Ermitage, une des salles Matisse, avec au premier plan le portrait de Lydia Delectorskaya, 1947, hst, 64,5 x 49,5 cm.

12/12/2015

photo 1 wikimedia commons File: Ernst_Ludwig_Kirchner_-_Portrait_of_a_Woman.jpg Usr Postdlf
photo 2 VisiMuZ – © Succession H. Matisse pour les œuvres de l’artiste.
Une exposition a été consacrée en 2010 à Lydia par le musée Matisse du Cateau-Cambrésis ICI

Scène de rue, Ernst Ludwig Kirchner

Scène de rue, Kirchner

• Scène de rue, 1913, Ernst Ludwig Kirchner, Museum of Modern Art, New York.

Ernst Ludwig Kirchner (1880-1938) fonda le mouvement expressionniste Die Brücke en 1905. Le groupe s’installa à Berlin en 1911 mais fut dissous dès 1913. Entre-temps Kirchner avait rencontré Erna Schilling, une danseuse de cabaret qui sera sa compagne jusqu’à sa mort. À Berlin, entre 1913 et 1915, il peignit la série des Scènes de rue, qui comprend 11 toiles, et illustre à la fois la fascination et la peur de Kirchner devant la vie nocturne berlinoise. Ici, deux prostituées élégantes sont entourées par des hommes qui les regardent furtivement. Les prostituées sont un symbole de beauté, mais aussi de la négation de la liberté humaine, de la vénalité et du danger associé à leur fréquentation. La présence de l’argent est omniprésente dans cette scène entre vêtements chics et automobile de luxe. Mais avez-vous remarqué la forme de cœur des zones éclairées en rose ? Les angles aigus, les couleurs puissantes, tout concourt à insuffler à ce tableau une énergie qui déséquilibre le spectateur.
En 1917, Kirchner s’installe à Davos en Suisse. Il se suicide en 1938. Les nazis avaient déclaré son art « dégénéré » en 1937 et détruit de très nombreuses toiles.
En 2006, le Brücke Museum à Berlin a restitué à des héritiers d’un collectionneur juif une des Scènes de rues, qui ensuite a été acquise aux enchères par la Neue Galerie à New York pour 38 millions de dollars. Une autre scène de rue plus simple a été acquise ensuite en 2009 par un collectionneur pour près de 10 millions de dollars. Seules deux des peintures de la série sont ainsi encore en mains privées, les autres sont toutes dans des musées.

07/09/2015

Dim : 120,6 x 91,1 cm
Photo wikimedia commons Kirchner_-_Die_Straße_001 Usr : Mefusbren69

Ernst Ludwig Kirchner à l’Albertina de Vienne

Ernst Ludwig Kirchner (1880-1938)

Ernst-Ludwig Kirchner est un peintre expressionniste allemand (biographie ici), co-fondateur du groupe Die Brücke en 1905. Moins connus que les Fauves français, les expressionnistes allemands ont marqué l’art d’Allemagne et d’Autriche pendant la première moitié du XXe siècle. En 1937, les nazis déclarèrent l’art de Kirchner dégénéré et nombre de ses toiles furent détruites, rappelant les bûchers des vanités de Savonarole en 1497 à Florence, ou Fahrenheit 451, nouvelle de Ray Bradbury (1953) et film de François Truffaut (1966).
Kirchner marque le spectateur par sa sensibilité exacerbée et ses couleurs éclatantes dont la reproduction en photo ne donne qu’une pâle idée. Il a eu et a toujours des collectionneurs passionnés (comme l’étaient par exemple ceux de Matisse, voir les collections Chtchoukine et Morozov au musée de l’Ermitage, détail dans le guide VisiMuZ ici). Die Brücke a fait l’objet d’une exposition au musée de Grenoble en 2012 et la collection Merzbacher de Winterthur d’une exposition toujours en 2012 à la fondation Gianadda de Martigny (Suisse).

Kirchner sur le marché

La cote de Kirchner sur le marché de l’art est ascendante. Il se vend environ cinq peintures par an aux enchères, avec un record en 2007 pour Scène de rue à Berlin, 1913-14 en 2007 à 38 millions de dollars. Le Bosquet, Albertplatz à Dresde, 1911 s’est vendu près de neuf millions d’euros en 2012 et les enchères supérieures au million d’euros ne sont pas rares. Une œuvre de l’exposition de 2012 à Martigny, Deux nus sur un sofa bleu est, semble-t-il, en vente à ce jour à la Galerie Iris Wazzau à Davos (source artnet.fr). Cela peut vous tenter après que vous aurez gagné au loto.

Vig_Kirchner_DeuxNusauCanapéBleu4319Deux nus sur un sofa bleu, ca 1910-20, 50.2 x 70.5 cm

Kirchner à l’Albertina de Vienne

La donation Batliner de 2007 au musée de l’Albertina à Vienne est riche en œuvres de Kirchner, et de manière plus générale en tableaux expressionistes allemands.
Citons par exemple :

Vig_Kirchner__Paysage de Fehmarn avec des arbres_8313Paysage de Fehmarn avec des arbres, 1914

Vig_Kirchner_Lapproche de la gare_gare de LöbtauL’approche de la gare, gare de Löbtau, 1911

Vig_Kirchner_Betail_au_crepuscule_8317Bétail au crépuscule, 1918-19

Vig_Kirchner_DeuxNusdansunechambreDeux nus dans une chambre, 1914

Si vous voulez voir plus de tableaux d’Ernst-Ludwig Kirchner, le mieux est de consulter le site www.kirchnervereinfehmarn.de (en allemand) et surtout d’aller visiter le Brücke-Museum à Berlin. Attention, la collection de l’Albertina de Vienne sera fermée d’octobre à décembre 2013, pour cause de prêt au musée de l’Ermitage.

Crédits photographiques
Toutes photos par VisiMuZ