Livres numériques Beaux-Arts – La collection VisiLife

Tous les détails de chaque livre et les liens pour les acheter en cliquant sur les icônes.

  • Couverture Voltaire 150
  • Couverture Marquet 150
  • Corot
  • Ingres
  • Pieter Bruegel l'Ancien
  • Couverture Botticelli 150
  • Couverture Courbet
  • Rubens
  • Gustav Klimt
  • La peinture au musée d'Orsay
  • Anders Zorn (1860-1920) et le nu en plein air
  • Paul Guigou (1834-1871) et la lumière provençale
  • Galerie des Offices - guide numérique beaux-arts
  • François Blondel – Modigliani tome 2
  • Modigliani tome 1 - biographie enrichie - livre numérique Beaux-Arts
  • monet2_couverture01_150
  • monet1-final-150
  • François Blondel, Et… les peintres ont croisé douze dieux
  • Bernard Berenson, Les peintres de l'Italie du Nord
  • Bernard Berenson, Les peintres de l'Italie du Centre
  • Bernard Berenson - Les peintres florentins de la Renaissance
  • Bernard Berenson, Les peintres vénitiens de la Renaissance
  • Paul Bourget, Outre-mer I
  • Guy de Maupassant, La vie errante
  • Maupassant_surl'eau_150
  • Raphaël - biographie enrichie - livre numérique Beaux-Arts
  • Toulouse-Lautrec - biographie enrichie - livre numérique Beaux-Arts
  • Sisley
  • Cézanne
  • Vallotton - biographie enrichie – livre d'art numérique
  • Mary Cassatt – biographie enrichie – livre d'art numérique
  • morisot-150
  • degas-300
  • gauguin-150
  • renoir-150
  • vangogh-final-blanc-150
  • manet-final-150
  • velazquez-150

La Tour Eiffel, Georges Seurat

La Tour Eiffel, Georges Seurat

La Tour Eiffel, 1889, hsp, 24,1 x 15,2 cm, Georges Seurat, Legion of Honor, Fine Arts Museums of San Francisco (CA)

Ainsi commence La vie errante, le récit de voyage de Guy de Maupassant qui fait suite à Sur l’eau.

« :J’ai quitté Paris et même la France, parce que la tour Eiffel finissait par m’ennuyer trop.

Non seulement on la voyait de partout, mais on la trouvait partout, faite de toutes les matières connues, exposée à toutes les vitres, cauchemar inévitable et torturant. Ce n’est pas elle uniquement d’ailleurs qui m’a donné une irrésistible envie de vivre seul pendant quelque temps, mais tout ce qu’on a fait autour d’elle, dedans, dessus, aux environs.

Comment tous les journaux vraiment ont-ils osé nous parler d’architecture nouvelle à propos de cette carcasse métallique, car l’architecture, le plus incompris et le plus oublié des arts aujourd’hui, en est peut-être aussi le plus esthétique, le plus mystérieux et le plus nourri d’idées ? Il a eu ce privilège à travers les siècles de symboliser pour ainsi dire chaque époque, de résumer, par un très petit nombre de monuments typiques, la manière de penser, de sentir et de rêver d’une race et d’une civilisation. Quelques temples et quelques églises, quelques palais et quelques châteaux contiennent à peu près toute l’histoire de l’art à travers le monde, expriment à nos yeux mieux que des livres, par l’harmonie des lignes et le charme de l’ornementation, toute la grâce et la grandeur d’une époque.

Mais je me demande ce qu’on conclura de notre génération si quelque prochaine émeute ne déboulonne pas cette haute et maigre pyramide d’échelles de fer, squelette disgracieux et géant, dont la base semble faite pour porter un formidable monument de Cyclopes et qui avorte en un ridicule et mince profil de cheminée d’usine.

C’est un problème résolu, dit-on. Soit – mais il ne servait à rien ! – et je préfère alors à cette conception démodée de recommencer la naïve tentative de la tour de Babel, celle qu’eurent, dès le XIIe siècle, les architectes du campanile de Pise.

L’idée de construire cette gentille tour à huit étages de colonnes de marbre, penchée comme si elle allait toujours tomber, de prouver à la postérité stupéfaite que le centre de gravité n’est qu’un préjugé inutile d’ingénieur et que les monuments peuvent s’en passer, être charmants tout de même, et faire venir après sept siècles plus de visiteurs surpris que la tour Eiffel n’en attirera dans sept mois, constitue, certes, un problème puisque problème il y a – plus original que celui de cette géante chaudronnerie, badigeonnée pour des yeux d’Indiens.

Je sais qu’une autre version veut que le campanile se soit penché tout seul. Qui le sait ? Le joli monument garde son secret toujours discuté et impénétrable…  »

Maupassant nous entraîne alors, avec le ton dont il a le secret, de Cannes à Florence, de Naples en Sicile, d’Alger à Tunis, de Kairouan à Sousse. Et VisiMuZ a retrouvé les tableaux, statues, etc. qui allient le plaisir de la contemplation à celui de la lecture. Retrouvez les 75 reproductions en lien avec le texte élégant, fluide, et plaisant de Guy de Maupassant.

Cliquez sur la couverture pour acheter aujourd’hui La vie errante à 3,99 € seulement.

Maupassant2_vieerrante_150

Photo 1 : Courtesy The Athenaeum, rocsdad
Photo 2 : VisiMuZ.